Piercing rook : procédure, bijoux, ornements et conseils

C’est quoi un piercing rook et quelles sont ses contraintes ?

Le piercing est une pratique de modification corporelle qui remonte au néolithique. Il s’agit le plus souvent de percer une ou plusieurs parties de son corps et d’y insérer des bijoux. Le piercing peut être identitaire, cultuel, culturel ou tout simplement symbolique. Il permet de se démarquer de la généralité, de notifier son appartenance à un groupe social spécifique. Il permet aussi d’immortaliser une période ou un évènement donné. Bien qu’il soit culturellement la concrétisation d’un rite de passage, le piercing à l’ère moderne est signification en fonction des valeurs du porteur. Si toutes les parties du corps peuvent en porter un, nous nous intéressons aujourd’hui au piercing de l’oreille, plus précisément au piercing rook. Qu’est-ce que c’est ? Comment l’entretenir et le personnaliser ?

Qu’est-ce que le piercing rook ?

Le piercing rook est une perforation hautement attractive de l’oreille externe. Il a été introduit pour la première fois en 1992 par le perceur professionnel Érik Dakota. Il tire son nom d’une association des lettres du nom de ce dernier. Le piercing rook est connu comme étant l’un des moins usités des piercings corporels. Il nécessite l’intervention d’un professionnel expérimenté à cause de son emplacement. En effet, le rook est situé au niveau de la zone cartilagineuse de l’oreille. On le retrouve au niveau de la jonction entre l’hélix et l’anthélix. Au-dessus du tragus se trouve un pli de l’oreille. Le rook est tout au début du repli horizontal et intérieur du cartilage, là ce dernier s’enfonce dans le repli extérieur de l’oreille.

Notons que tout le monde ne dispose pas d’un rook suffisamment épais pour recevoir ce piercing. Il revient donc au perceur d’évaluer la faisabilité de l’opération. Il est aussi possible de faire un faux piercing rook. Plutôt que de percer le cartilage, les ouvertures sont créées au niveau de la peau qui est au-dessus de l’arête du rook. Cependant, d’avis général, ce piercing est moins esthétique bien que plus aisé à entretenir.

Comment se déroule la procédure ?

À l’instar de nombreux piercings cartilagineux, celui du rook est une procédure délicate. Elle nécessite l’intervention d’un perceur professionnel, car il est recommandé de le faire à la main, sans aucune pince industrielle. De plus, seul ce dernier est agréé pour valider la faisabilité du piercing rook. Le mieux pour toute personne intéressée serait de se référer à un perceur ayant de l’expérience pour cette catégorie de piercing. Dans un premier temps, le perceur va désinfecter la zone d’application et les aiguilles à utiliser. Ensuite, il va marquer les zones de perçage et les choisir en fonction des préférences du porteur. À ce stade, le perceur va délicatement insérer une aiguille courbe de manière à percer les deux trous choisis.

Les aiguilles de piercing rook varient selon les choix du perceur. Communément, une aiguille de 14 à 16 grammes devrait faire un trou suffisant pour recevoir le bijou. Pour les bijoux épais, il est possible de choisir des aiguilles plus grosses. Rappelons toutefois que l’épaisseur du rook sera déterminante de la taille du trou. La phase de perçage du piercing rook est achevée dès que les bijoux sont introduits dans les trous créés. Enfin, le perceur effectue un massage pour adoucir le cartilage et le redresser.

Le cartilage est un os mou. Il est par conséquent plus difficile de le percer, en comparaison aux autres muscles. Selon de nombreux avis, l’opération est plus douloureuse qu’un piercing ordinaire. La douleur est cependant subjective et est estimée selon le niveau de tolérance de chaque individu. La nature du cartilage influence aussi la cicatrisation de l’ouverture.

Cicatrisation et entretien du piercing rook

Il faut compter entre trois à douze mois pour une cicatrisation complète du piercing rook. L’entretien et la cicatrisation sont assurés par l’utilisation d’une solution saline et d’un savon antibactérien ou antimicrobien. Le savon est utilisé pour désinfecter la zone et les objets de nettoyage. Il faut absolument se nettoyer les mains au savon antibactérien pour éviter la diffusion microbienne. La solution saline à l’eau stérilisée permet de liquéfier les dépôts de lymphe et d’accélérer la cicatrisation. Il est recommandé désinfecter aussi les bijoux à chaque nettoyage.

Les premières semaines (08), le nettoyage au savon antibactérien sera fait deux fois par jour tandis que celui à la solution saline sera appliqué une seule fois. Pour de meilleurs résultats, il faut prendre soin durant cette période d’éviter les gestes qui peuvent élargir la plaie ou l’infecter : accrochage, contact avec les mains et les objets, changement de bijoux, etc. Il faut aussi éviter l’utilisation des antibiotiques et des antidouleurs topiques. Ils favorisent les cicatrisations laissant des chéloïdes. De plus, certains antidouleurs ont un effet anticoagulant qui pourrait ralentir le processus de guérison.

Il faut éviter de fumer, de boire de l’alcool ou du café à outrance. La cicatrisation entraîne des démangeaisons. Ne grattez pas du tout la zone. La prise de compléments alimentaires riches en zinc et en oligo-éléments va stimuler la cicatrisation de la plaie. Il va sans dire qu’aucune pression ne sera exercée sur l’oreille, même durant le sommeil. Enfin, lavez fréquemment les draps et taies d’oreiller pour minimiser les risques d’infection.

Après la cicatrisation, nous recommandons de maintenir un soin périodique du piercing rook. Le port du bijou assurera l’ouverture constante du trou. Enfin, n’oubliez pas de toujours nettoyer les bijoux avant tout changement et en cours d’utilisation.

Les ornements du piercing rook

Dès les premiers moments de l’opération du piercing rook, les perceurs insèrent une barre incurvée. Elles sont les plus recommandées pour favoriser la cicatrisation. Après les six premiers mois, vous pouvez personnaliser votre piercing rook en choisissant un bijou de votre préférence. Le plus souvent, des anneaux, des barres droites ou incurvées sont utilisés par les porteurs du piercing rook. Bien que les bijoux les plus usités soient en acier inoxydable, le choix de la matière définitive reste du ressort de celui qui porte le piercing.

Articles similaires

Voir aussi

Bronchite asthmatiforme : causes, manifestation et traitement

Tout savoir sur la bronchite asthmatiforme et son traitement

La période hivernale est annonciatrice de fêtes et de nombreuses maladies infectieuses telles que la …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *